Novembre-Décembre 2019

Novembre-Décembre 2019

Éditorial - Le Canada tel qu’en lui-même

2019novdec250

Version PDF

Preuve s’il en est que le machin artificiel qui s’appelle Canada ne sera jamais qu’une éternelle figure de résignation pour le Québec de l’impuissance, la chorale des chroniqueurs qui n’ont cessé de s’épancher sur les résultats de la dernière élection n’en finit plus de se montrer perplexe devant la montée du Bloc québécois. Que faire ? Que dire de cet encombrant constat de la résurgence du nationalisme ? Le bavardage est abondant et la pensée oblique fleurit. Penser le Québec dans ce qui lui arrive au Canada comme si là se trouvait son destin, c’est le comble de la résignation.

Lire la suite : ...

Prix André-Laurendeau 2018 - allocution de Micheline Labelle

Mention d’honneur du prix André-Laurendeau 2018 « Les partis politiques face à l’héritage inégal des modèles d’intégration » paru dans le numéro Juin-Septembre 2018

Ce texte a été rédigé avant les élections d’octobre 2018. Il a été préalablement publié en version courte dans Le Devoir. L’objectif était de rappeler que les partis politiques concurrents auraient à faire face à un héritage politique inégal en matière de politiques d’immigration et d’intégration du Québec. Dans ce domaine sensible où la question nationale joue un rôle structurant, quelles propositions avanceraient-ils ? Pour cerner l’évolution du modèle québécois en matière de politiques d’immigration et d’intégration, j’avais dégagé quatre grandes périodes.

Lire la suite : ...

Prix André-Laurendeau 2018 - allocution de François Lemieux et Robert Comeau

Mention d’honneur du prix André-Laurendau pour leur article « Montréal n’est pas un territoire mohawk non cédé » paru dans le numéro de Juin-Septembre 2018

Premières Nations et histoire internationale

À l’occasion de la remise de cette mention du prix André-Laurendeau par la revue L’Action nationale que nous remercions, nous souhaiterions faire part d’un certain nombre de réflexions.

D’abord, les peuples autochtones constituent bel et bien des nations. C’est d’ailleurs à ce titre et dans un contexte international que nous avons négocié la Grande Paix de Montréal de 1701. Il est bon de rappeler que si c’est Hector de Callières qui a signé le traité, c’est Louis Buade de Frontenac qui a négocié avec les Premières Nations pendant une période de trente ans avec un interlude de dix années. Durant cet intermède, on a d’ailleurs tenté d’appliquer une autre politique que celle de Frontenac, celle du clergé et du gouvernement français. Cela a eu de tragiques conséquences dont le massacre de Lachine en 1689.

Lire la suite : ...

Prix Rosaire-Morin 2019. Michel Sarra-Bournet

Chers amis,

Je ne suis président de la Ligue d’action nationale que depuis quelques mois, et puisque c’est la première fois que je m’adresse à vous à ce titre et avant de passer au Prix Rosaire-Morin, j’aimerais d’abord vous dire quelques mots sur un homme à qui nous devons beaucoup. Denis Monière, qui n’a pu être des nôtres ce soir puisqu’il est actuellement en Europe, aura présidé la Ligue au cours des 11 dernières années. Politologue de renom ayant publié pas moins d’une cinquantaine d’ouvrages, indépendantiste infatigable, il est une inspiration pour tous et toutes à la Ligue et bien au-delà. En votre nom, je veux donc lui dire : merci, Denis, et continuons ensemble le combat !

Lire la suite : ...

Aux sources familiales de la censure

Professeur de sociologie au Cégep de Saint-Jérôme

Depuis quelques années, un mouvement de censure gagne du terrain aux États-Unis, au Canada et en Europe. Si nous voulons défendre la liberté d’expression, ou la rétablir, il faut comprendre que ce mouvement trouve principalement sa source dans la philosophie éducative qui prévaut désormais dans la famille et à l’école. On peut certes dégager d’autres facteurs qui expliquent la montée de la censure, mais je vais m’attarder ici à notre conception de l’éducation1. Je pense qu’il est de première nécessité de privilégier désormais une philosophie éducative qui valorise la franchise et le courage.

Lire la suite : ...

Trois voix pour l'indépendance de la Catalogne: Laura Borràs, Elisenda Peluzie et Artur Mas

Entrevues réalisées par Denis Monière en collaboration avec Consol Pararnau

Dans les nuits chaudes de Barcelone, les cafés et les bars débordent à la sortie des théâtres et des cinémas. La vie suit son cours normal, les gens sortent, se divertissent et profitent de leurs libertés. Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser en déambulant dans les rues animées qu’en d’autres lieux lugubres des hommes et des femmes sont privés de ces mêmes libertés pour avoir défendu les droits de leurs concitoyens à choisir librement leur avenir politique. Paradoxe des régimes politiques qui se donnent les apparences de la démocratie pour mieux soumettre les peuples et réprimer les hommes et les femmes qui au nom de la liberté expriment une vision différente de l’avenir et contestent l’ordre établi.

À quand une campagne électorale avec l’indépendance ?

D’entrée de jeu, je me suis réjoui comme tous les indépendantistes du retour en force du Bloc québécois. Oui, on avait enfin une bonne nouvelle, nationalistes comme indépendantistes. Cependant, lorsqu’on regarde les choses en fonction du progrès ou du recul de l’indépendance, on doit se demander pourquoi encore, comme l’an dernier pour le PQ à Québec, ce refus de faire une campagne de promotion de l’indépendance. On en parle dans les réunions internes, mais pas devant les micros entre les élections, et surtout pendant les débats électoraux.

Lire la suite : ...

Un pays qui n'a pas de frontière n’est pas un pays

Auteur et journaliste

Un envoyé de l’ONU vient nous dire que le Québec peut recevoir davantage de réfugiés. Voilà le discours d’un « No Border » pour qui il n’y a pas de limite à la capacité d’absorption des réfugiés dans les pays développés. Mais pourquoi cette requête ne s’adresse-t-elle pas plutôt à Halifax, Saint John’s, Sault-Sainte-Marie ou Winnipeg ? Ces villes anglo-saxonnes ne reçoivent pratiquement pas de réfugiés ! Cette adresse n’est pas appropriée à l’endroit du Québec qui ne parvient pas à intégrer les réfugiés à sa population de langue française, depuis des décennies ! La capacité d’intégration du Québec est devenue très faible.

Disparaître ? Demain à l'échelle de l’histoire

Auteur de Disparaître publié aux éditions Liber, 2019

Après la conquête de 1760, l’objectif fondamental de l’Angleterre est de transformer le Canada, pays de peuplement français, en colonie anglaise semblable aux autres colonies britanniques de l’Amérique du Nord. Mais comme les anciens Canadiens sont trop nombreux pour être déportés comme l’ont été leurs frères d’Acadie et comme cette nation d’habitants-soldats aurait pu faire cause commune avec les révolutionnaires américains, Londres choisit alors l’immigration britannique de masse pour réaliser son projet de subversion démographique en faveur des anglophones. Et cette submersion migratoire a été d’une redoutable efficacité.

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment