Numéros publiés en 2019

Numéros publiés en 2019

Maurice Séguin, un critique radical de l’interprétation historique de Lionel Groulx

D’emblée, soulignons que nous n’avons pas eu souvent l’occasion de discuter de l’apport de l’historien Maurice Séguin à l’historiographie québécoise et de débattre de son rapport à l’historien Lionel Groulx qui a dominé toute la première partie du vingtième siècle1.

L’historien Charles-Philippe Courtois, dans sa récente biographie de Groulx, aborde secondairement l’interprétation de l’histoire du Canada/Québec de Maurice Séguin, son successeur à l’Université de Montréal, dans un chapitre intitulé « Rupture », rupture qu’il évoque sans l’expliquer pour autant. Ce qui a fait dire à Jean Lamarre : « Le montage auquel [Courtois] se livre pour nous présenter la pensée de Maurice Séguin, en quelques lignes, relève de la mauvaise foi manifeste2 ».

Lire la suite : ...

Qu’est-ce que la Grande Histoire selon Maurice Séguin ?

Ce problème de rupture entre Maurice Séguin et Lionel Groulx me laisse dans l’embarras. Je n’ai pas le sentiment que monsieur Séguin désirait se mettre en « rupture » ni avec l’Abbé Groulx ni avec quelqu’un d’autres. Toutefois, je vois ici deux individus qui cherchent à s’expliquer leur passé pour mieux choisir leur avenir collectif. Sur ce plan, ces deux Canadiens français auraient suivi le même cheminement hérité du passé.

Du passé, que faut-il en faire ?

Lire la suite : ...

De Lionel Groulx à Maurice Séguin et à l’école de Montréal : une nécessaire filiation

Le titre même de l’excellente biographie de Charles-Philippe Courtois sur Lionel Groulx1 : Lionel Groulx, le penseur le plus influent de l’histoire du Québec2 évoque avec justesse combien ce dernier a une place importante dans l’historiographie québécoise. Toujours en 2018, une autre biographie probante est parue, cette fois-ci de Damien-Claude Bélanger sur Thomas Chapais (Presses de l’Université d’Ottawa)3. Entre autres, le loyalisme et le bonne-ententisme avec le Canada anglais dont faisait preuve Chapais mettent en évidence le rôle majeur d’éveilleur et de bâtisseur de fierté nationale qui est celui de Groulx au moment de son émergence au début du vingtième siècle et par la suite, pendant deux bonnes générations, en particulier jusqu’aux années 1940.

L’indépendantisme est-il une affaire de perdants ?

De prime abord et en se laissant porter par l’air du temps, il serait facile et tentant d’expédier la thématique du colloque et de régler le sort de l’œuvre de Maurice Séguin. À l’heure où l’indépendantisme semble battre de l’aile et que son destin peut paraître lié à celui du Parti québécois qui, après en avoir absorbé les premières moutures modernes (RIN), s’est montré incapable de l’assumer, la thèse de Maurice Séguin ayant l’air non seulement fondée, mais indépassable. L’impuissance serait notre lot. La vie politique tiendrait depuis la Conquête du parcours d’un Sisyphe tantôt inquiet, tantôt naïf quand il n’est pas résigné.

Les historiens de la génération X face à Maurice Séguin

Dans le cadre de cette communication, je traiterai des historiens nationalistes de ma génération, c’est-à-dire la génération X, par rapport à l’œuvre de Maurice Séguin. Dans un premier temps, je dois dire que j’aurais bien aimé que les historiens de ma génération s’intéressent davantage à Maurice Séguin et à son œuvre. À mon grand désarroi, je suis encore, à ce jour, la seule à avoir fait un mémoire de maîtrise en histoire sur Maurice Séguin toutes générations confondues. Il y a, bien entendu, le sociologue Jean Lamarre qui a fait une excellente thèse de doctorat sur l’école de Montréal dont le tiers était consacré à Maurice Séguin. Toutefois, en histoire, il n’y a eu aucune thèse de doctorat consacré à son œuvre.

De « l’idée séparatiste au Canada français » à l’idée d’indépendance au Québec

Membre associé, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), UdeM

Les archives des conférences « Genèse et historique de l’idée séparatiste au Canada français », diffusées à Radio-Canada en 1962 et conservées au Centre d’archives Gaston-Miron1 (CAGM) de l’Université de Montréal, permettent de jeter une lumière nouvelle sur un des seuls livres publiés du vivant de Maurice Séguin. Nous verrons dans ce texte que l’analyse de leur dimension médiatique permet notamment de revenir sur le contexte de la production de ces conférences, mais également sur leur réception et l’histoire de leur publication.

La Grande Illusion, principal obstacle à l’Indépendance

Transcription de l'allocution de clôture du Colloque Maurice-Séguin.

Merci aux organisateurs, Josiane Lavallée, Denis Monière et Robert Comeau, pour l’organisation de ce colloque. Je dois vous avouer d’emblée que je ne suis pas historienne de formation. Il y a deux ans, je ne connaissais pas Maurice Séguin. J’ai entendu Josiane en glisser un mot lors d’une conférence et c’est avec bonheur que je me suis immergée dans ses écrits. Je voudrais rappeler, pour ceux qui ne le savent pas, que j’ai une formation scientifique. Je suis ingénieur mécanique de formation et toute mon expérience professionnelle a été dans le développement énergétique et industriel. Donc, quand je me suis mise à lire Maurice Séguin, qui a développé une analyse basée sur des faits et non sur des opinions et des croyances, son approche a tout de suite rejoint ma formation scientifique et mon expérience de développement économique.

Rodrigue Tremblay. La régression tranquille du Québec

Rodrigue Tremblay
La régression tranquille du Québec : 1980-2018
Montréal, Fides, 2018, 343 pages

C’est dans mon auto, un certain 22 octobre 1976, que j’ai appris que le directeur du département d’économie de l’Université de Montréal – dont j’utilisais dans mes cours le livre L’économique –, avait décidé de faire le grand saut en politique sous la bannière du PQ. Je m’en réjouissais d’autant plus qu’un autre de nos économistes parmi les plus en vue, Pierre Fortin, venait tout juste de se prononcer en faveur de la souveraineté en offrant son appui au PQ. Deux signes avant-coureurs du triomphe d’un peuple, « peut-être pas si petit », trois semaines plus tard.

Lire la suite : ...

Jean-François Lisée. Qui veut la peau du Parti québécois?

Jean-François Lisée
Qui veut la peau du Parti québécois
Montréal, Éditions Carte blanche, 2019

Dans son livre sur la débandade électorale du Parti québécois, Jean-François Lisée se montre satisfait de sa performance. Convaincu d’avoir toujours raison, il ne fait nullement acte de contrition. Son objectif est de nous montrer qu’il a fait pour le mieux dans les circonstances et qu’il n’a presque rien à se reprocher sauf peut-être de ne pas avoir suffisamment communiqué sur le rajeunissement des cadres du Parti québécois. Pour le reste, il a été à la hauteur de la tâche et ses stratégies étaient logées à l’enseigne du bon sens. Il a fait pour le mieux, il n’a pas de regret. « J’ai pour moi le sentiment du devoir accompli » (p. 149). Alors, comment expliquer le désastre ? Comment expliquer que la meilleure campagne électorale, aux dires de Lisée, ait engendré des résultats calamiteux ?

Lire la suite : ...

Jean-Yves Duthel. Québec solidaire… À vendre… Vendu

Jean-Yves Duthel
Québec solidaire… À vendre… Vendu
Québec, Michel Brûlé, 2018, 159 pages

Depuis des années, Québec solidaire défraie la chronique politique. Étrangement, plus on en parle, moins on le connaît. Exception faite de son idéologie qui le situe à l’extrême de la gauche, son programme politique demeure mystérieux, comme une région inexplorée. Lors de la dernière campagne électorale, les propositions de QS tenaient sur deux pages. De deux choses l’une, ou bien ses dirigeants sont d’habiles cachottiers – ce qui implique qu’ils aient quelque chose à cacher, telle leur position sur la laïcité ! –, ou bien les journalistes qui couvrent la scène politique québécoise ne sont pas curieux. Peu importe les raisons, cette discrétion entourant le programme de QS lui confère un indéniable avantage politique. Ce parti n’est ni scruté ni évalué selon les mêmes critères que les autres.

Lire la suite : ...

Éditorial - Entre lassitude et exaspération

2019mai250Version PDF

Voilà des années que ça dure. Le déluge de commentaires malveillants, les manifestations d’intégristes, le langage ordurier sur les pancartes, le mépris sous vernis académique, les mêmes sophismes ressassés, les finfinauds qui finfinaudent à Radio-Canada, tout cela n’aura fait que révéler ce qui traîne dans le fond du temps depuis trop longtemps déjà. Et cela n’a, à vrai dire, que peu de choses à voir avec le projet de loi 21. Ce qui se joue là et qui ne se terminera pas avec son adoption, c’est toujours le même déni, le même refus obstiné de consentir à quoi que ce soit qui pourrait avoir l’air d’une affirmation existentielle. Le Québec n’a pas droit à une différence non accréditée.

Lire la suite : ...

Pour sortir du multiculturalisme

Au Canada, le multiculturalisme a été utilisé politiquement pour combattre la montée de l’indépendantisme québécois au début des années soixante. Le gouvernement canadien, ne sachant comment répondre aux demandes de changement constitutionnel exprimées par le Québec de la Révolution tranquille, décida de créer en 1963 une Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (commission B.B.). Mais l’arrivée au pouvoir de Pierre Trudeau en 1968 et le décès du co-président de la commission B.B., André Laurendeau, changeront le cours de l’histoire. Le premier rapport de la commission B.B. concluait que le Canada traversait une crise politique profonde et Laurendeau proposait pour la résoudre d’instituer le principe de l’égalité politique entre les deux peuples fondateurs, ce qu’on appelait le biculturalisme. Cette thèse avait guidé le nationalisme québécois depuis l’établissement de la Confédération même si elle avait été constamment contredite par les faits.

PL21. Nous sommes devant un changement dans la continuité

Entretien de François Olivier Dorais avec E.-Martin Meunier, professeur à l’École d’études sociologiques et anthropologique de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche « Québec, francophonie et mutations ». Ce dernier propose une analyse du projet de loi sur la laïcité de l’État du gouvernement de François Legault, déposé le 28 mars dernier à l’Assemblée nationale. Pour le sociologue, spécialiste des mutations du catholicisme dans le Canada français contemporain, ce projet de loi est un signe, parmi d’autres, que le Québec est engagé dans une transition progressive vers un nouveau régime de religiosité.

Lire la suite : ...

Y a-t-il une explication au Brexit et au rejet de la monnaie unique par le Royaume-Uni ?

Le présent article porte sur les raisons ayant motivé le Royaume-Uni (R.-U.) de s’exclure de la zone euro et de vouloir quitter l’Union européenne (UE) à la suite d’un référendum nommé Brexit.

Le traité de Maastricht est signé le 7 février 1992. Il constitue la première étape de la construction de l’Union économique et monétaire en Europe. Il ajoute à l’UE une dimension politique. Ce traité se révèle être l’un des plus célèbres dans l’histoire de l’intégration européenne. Le traité pose les assises d’une monnaie unique, qui sera gérée par la Banque centrale européenne (BCE). La nouvelle monnaie unique, soit l’euro, apparaît en 1995. Le 1er janvier 1999, onze États membres, sur une possibilité de quinze, se joignent au système monétaire européen. Il s’agit de la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Autriche, le Portugal et la Finlande. Ces pays, en tant que membres de l’Union monétaire, acceptent que l’euro soit décrété leur monnaie nationale avec un taux de change fixe par rapport aux autres devises internationales. Aujourd’hui, la zone euro compte huit autres pays portant à dix-neuf le nombre total de membres ayant adopté l’euro comme monnaie nationale1.

Lire la suite : ...

Projet de loi sur la laïcité. Rapport de première ligne en territoire constitutionnel

Devant l’élite constitutionnelle canadienne réunie à Toronto pour le prestigieux congrès Constitutional Case Conference 2018, je présentais, le 5 avril dernier, une défense du projet de loi 21 sur la laïcité de l’État et du légitime recours aux dispositions dérogatoires qu’il comporte. L’événement était solennel et remarquablement bien organisé, et je ne saurais ici trouver à redire à l’endroit des organisateurs ou à la pertinence des nombreuses et intéressantes allocutions sur de nombreux et divers enjeux de droit constitutionnel canadien qui y ont été présentées. Toutefois, lorsqu’il fut temps d’aborder le projet de loi 21 et la laïcité québécoise, dire que j’étais face à un public hostile serait un euphémisme.

Lire la suite : ...

Sous-catégories

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment