PQ et souveraineté: passer aux actes

Le discrédit

Dure semaine pour les commentateurs politiques québécois. Il a vraiment fallu « faire semblant de trouver ça intéressant » , comme dirait Richard Desjardins, pour noircir autant de pages, pour babiller aussi longtemps sur le budget fédéral. Et pour passer à côté du fondamental !

Présenté comme une victoire de Paul Martin qui a bien réussi à neutraliser les conservateurs, l’épreuve du budget a été interprétée dans la seule grille électoraliste. Le gouvernement libéral aurait décidé d’ignorer le Bloc Québécois et le NPD, il n’a pas fait grand cas des demandes des provinces, il a ignoré le déséquilibre fiscal, la réforme de l’assurance-emploi, etc, etc. Les savantes dissertations n’ont pas manqué pour faire comprendre les subtilités de la plomberie budgétaire, pour trouver les astuces et retrouver la signature de l’art libéral de manœuvrer. Les anecdotes et les débats sur des considérations secondaires n’ont pas manqué. L’essentiel n’a pour ainsi dire pas été abordé.

Lire la suite : ...

Un pacte pour fonder le Québec

À l’automne 1966, dans l’autobus en direction de l’Université de Montréal, j’ai discuté avec un homme d’un certain âge sur l’indépendance du Québec. Cette idée m’animait. Cet homme partageait mon enthousiasme. Me regardant droit dans les yeux, il m’a dit :

Si vous vous rendez à mon âge, j’ai 64 ans, vous aurez probablement la chance de voir naître le Québec. Ça ne se fera pas avant quarante ans. Au début du XXIe siècle. Peut-être, mais pas avant. Comme l’opposition sera forte, il faut que cette idée s’enracine. Oui. S’enracine. Puis, une idée comme celle-là doit mûrir, se répandre, cheminer, devenir incontournable, mais surtout demeurer l’affaire de tous ceux qui veulent un pays. C’est seulement comme ça qu’elle aboutira.

Ces paroles m’ont ramené sur terre. Vingt-sept ans plus tard, en 1993, Charles Taylor m’a aussi ramené sur terre. Au café Loft, à Québec, interrogé sur la façon d’aborder le mouvement sécessionniste du Québec, l’auteur de la théorie de la reconnaissance avança qu’il faut d’abord considérer ses promoteurs comme des ennemis. Ce soir-là, je n’ai pu fermer l’oeil. Je découvrais que la reconnaissance canadienne m’obligeait à être complice de mon assujettissement. Si j’osais affirmer le contraire, je devenais un ennemi.

Lire la suite : ...

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment