De la souche et du tronc commun

On dit que les mots qualifiant notre langage sont le reflet de nos conditionnements. Depuis le début du 21e siècle grosso modo, l’expression « québécois de souche » connaît une résurgence troublante dans le débat sur l’identité nationale et le type de société que devrait constituer le Québec moderne. Troublante parce que répandue notamment dans les médias, l’expression suggère une nette connotation négative dans l’appréciation du patrimoine historique, culturel, religieux et linguistique de la population de souche française et ses descendants, et questionne donc la légitimité de ses valeurs, coutumes et traditions.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment