La guerre du bois

L’administration américaine a annoncé le 24 novembre dernier que, dès 2022, les droits compensateurs sur le bois d’œuvre exporté depuis le Canada allaient doubler, passant en moyenne de 9 à 18 pour cent. La principale victime ? L’entreprise québécoise Produits forestiers Résolu, qui écope d’une taxe combinée de 29,66 pour cent. La Chambre des communes s’est réunie le 1er décembre au soir dans le cadre d’un débat exploratoire sur la question. Le hic, c’est que nos forêts ne sont ni le pétrole ni l’automobile, c’est-à-dire des secteurs stratégiques pour le Rest of Canada. Le bois ne sera jamais placé en tête de liste des enjeux jugés centraux par Ottawa, malgré la langue de bois habituelle des personnages clés de l’actuel gouvernement canadien.

Accès abonné

Collections numériques (1917-2013)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

Mémoires présentés récemment