L'Action nationale - Mai-Juin 2016

2016maijuin250

Cahiers de lecture - Été 2016

2016ete250

La fin des gouvernements péquistes majoritaires

Par l’élection modeste et contenue du Parti québécois (PQ, tableau 1), octroyant à ce dernier 32 800 voix de majorité face au Parti libéral du Québec (PLQ, ou 0,8 % des votes valides), les élections du 4 septembre 2012 ont montré jusqu’à quelles limites le système de partis québécois est dorénavant capable d’aller quand il s’agit de faire progresser les droits des francophones au Québec. Cette faible majorité s’est traduite en un fragile gouvernement minoritaire pour le PQ. Elle solde ainsi trois mandats et neuf années de désordre, de corruption et de détournements libéraux sous la direction de Jean Charest, neuf années d’appauvrissement collectif au profit de groupes particuliers.

Tableau 1 : Résultats officiels des élections générales, Québec, 4 septembre 2012

Partis

Nombre de sièges

% des électeurs inscrits

Parti québécois (PQ)

54

31,9 %

Parti libéral du Québec (PLQ)

50

31,2 %

Coalition avenir Québec (CAQ)

19

27,1 %

Québec solidaire (QS)

2

6,0 %

Option nationale (ON)

0

1,9 %

Autres

0

1,9 %

Bulletins rejetés

-

1,2 %

Abstentions

-

34,5 %

Ce qui est marquant dans les résultats de ces élections est l’installation – maintenant aboutie, avec l’élection du PQ – d’un nouveau système de partis. Lors du système de partis bipartisan précédent, qui a marqué les années 1970 à 1998, deux partis s’accaparaient de la quasi-totalité des voix et des sièges, et les deux pouvaient prétendre au pouvoir, bien qu’inégalement. Après les élections générales pilotées par Lucien Bouchard en 1998 du côté péquiste, un nouveau système de partis a commencé à se mettre en place, et les élections de 2012 en ont confirmé l’existence. D’un monde bipolaire, le Québec est passé à un monde multipolaire, même si le nouveau système de partis reste marqué par un parti dominant, le PLQ. Celui-ci est désormais pratiquement le seul parti capable d’accéder au pouvoir en solitaire. Les conséquences sont, pour les francophones, dramatiques.

De 1968 à 1998 : l’ancien système de partis, dominé par le PLQ

Un système de partis (définition en annexe) est dit bipartisan quand deux partis peuvent prétendre au pouvoir. Il est dit bipartisan à parti dominant lorsque deux partis principaux prétendent au pouvoir mais que l’un d’eux a plus de chances que l’autre d’arriver au pouvoir. Il est dit multipartisan quand le pouvoir s’offre à plusieurs partis et multipartisan à parti dominant quand l’un des acteurs a particulièrement plus de chances d’accéder au pouvoir que les autres.

Les systèmes de partis sont définis à la fois par le ou les clivages politiques principaux d’une société et par l’ensemble des règles qui façonnent le paysage électoral, notamment celles qui touchent au financement des partis et des campagnes électorales, celles qui délimitent le droit de vote (incluant la définition des électeurs, des candidats, la carte électorale, l’éducation civique, etc.), le mode de scrutin, l’influence du régime médiatique, etc. Les systèmes partisans définissent les grands paramètres de l’action des partis. Par exemple, le mode de scrutin majoritaire réduit les possibilités d’accès à la représentation pour les tiers partis et favorise la gouverne par des groupes minoritaires (au détriment des gouvernements de coalition). On s’en aperçoit de manière particulièrement éclatante lorsque ces paramètres changent.

Au Québec, la question nationale posée par le PQ dès sa fondation, en 1968, a forcé l’électorat à se ranger dans l’un ou l’autre camp, ceci culminant lors des deux référendums de 1980 et de 1995. Le système de partis ayant débuté en 1968 a été conséquent puisqu’il tendait à simplifier les choix offerts aux citoyens à deux grandes options politiques (indépendance ou fédéralisme) et aux deux grands partis qui les défendaient (PQ et PLQ, tableau 2). Les deux référendums ont constitué à cet égard des moments parfaits de choix binaires, et les élections qui les ont précédés (1994) ou suivis (1981 et 1998) ont eu tendance à refléter ces états de fait.

tableau2serre

Dans ce système de partis, le vote bloc des non-francophones, qui constituaient 15 % de l’électorat inscrit et votant (toujours le cas aujourd’hui), a favorisé massivement l’élection du PLQ en lui accordant minimalement 35 % des sièges lors de toutes les élections. Cette proportion rapprochait évidemment le PLQ d’une majorité des sièges et du pouvoir. Grâce à l’appui de certains sous-groupes francophones, minoritaires, ce vote captif a procuré au PLQ les avantages liés au statut de parti dominant, un parti qui domine la scène politique au point d’être désigné par certains comme le « parti normal du gouvernement ». Grâce à cette position avantageuse sur l’échiquier politique, le PLQ a aisément pu attirer vers lui l’élite économique et financière du Québec, de même que les couches les plus vulnérables de la société (les sous-groupes les moins scolarisés et les plus faibles revenus). Le parti a toutefois dû évoluer sous le coup de pressions contradictoires : tandis que les fédéralistes radicaux, souvent antinationalistes (qui n’acceptent pas les mesures gouvernementales visant à renforcer la place du français au Québec et qui se montrent complaisants envers le gouvernement d’Ottawa) et de droite, dominaient le parti, les stratèges libéraux tentaient de charmer l’électorat francophone nationaliste. Robert Bourassa est le chef libéral qui a le plus réussi en la matière, même s’il s’est aliéné ses appuis non francophones en 1976, et ses appuis francophones en 1992, lors du référendum sur l’Accord de Charlottetown.

Contrairement au PLQ, qui a le plus souvent accédé au pouvoir avec une majorité des voix (45 % en 1970, 54 % en 1973, 56 % en 1985 et 50 % en 1989), le PQ a toujours été limité à une minorité des voix lorsqu’il a accédé au pouvoir (41 % en 1976, 49 % en 1981, 45 % en 1994, 43 % en 1998). Conséquemment, le parti a toujours été forcé de soumettre son option à l’approbation d’une majorité de l’électorat par référendum afin d’en établir la légitimité démocratique. Pour ce faire, deux moyens ont marqué l’histoire du PQ dans ce système de partis, soit la cour auprès des électeurs fédéralistes par la démonstration du caractère modéré des dirigeants péquistes, et la recherche de l’« Union sacrée » auprès des « forces vives », ce qui signifie pour les groupes syndicaux, communautaires et sociaux la mise de côté temporaire de leurs revendications particulières. Or après 30 ans de cette stratégie (1968-1998), ces deux moyens ont eu des conséquences politiques considérables. D’abord l’aliénation des troupes péquistes face à leurs propres dirigeants, et l’impatience de plus en plus grande des groupes de pression visés par la recherche moralement imposée de l’Union sacrée.

Ainsi, tant les milieux populaires, sociaux et gauchisants, que les milieux démocrates, indépendantistes et nationalistes, ont été progressivement délaissés par le PQ sans avoir pour autant avoir fait basculer les électeurs fédéralistes vers l’option indépendantiste. Or ces groupes délaissés se sont progressivement repliés vers des solutions de remplacement, incluant l’Action démocratique du Québec (l’ADQ de Mario Dumont)/la Coalition avenir Québec (la CAQ de François Legault), les petits partis et l’abstentionnisme électoral, l’engagement dans d’autres types d’actions politiques. Bref, le système bipartisan à parti dominant mis en place en 1968 a tenu le coup tant que la stratégie péquiste restait possible et réduisait le monde à un affrontement bipolaire. Mais un changement est survenu après 1998, avec la victoire mitigée du PQ (plus de sièges, mais moins de voix que le PLQ) et le renoncement au référendum de Lucien Bouchard, le repli des dirigeants péquistes vers le conservatisme politique plutôt que vers la démocratisation.

Un changement de dynamique politique à partir de 1998 : l’abandon du référendum

Un nouveau système de partis a commencé à se mettre en place à partir de 1998. Après maints tâtonnements, ce nouveau système finit par évacuer la stratégie référendaire et libérer les forces politiques qui acceptaient la recherche de l’Union sacrée. Le contrecoup en fut évident. La démobilisation nouvelle des troupes péquistes allait à son tour entraîner la démobilisation d’une partie des troupes libérales. La proportion des voix obtenues par les deux principaux partis a donc diminué tandis qu’explosait l’abstentionnisme à partir de 2003.

En 1998, une victoire jugée décevante par Lucien Bouchard accordait 42,9 % des voix valides au PQ contre 43,6 % au PLQ. Cette quasi-défaite a alors dissuadé le nouveau premier ministre de s’engager à tenir un référendum au cours de son mandat. Malgré tous les discours du chef, la progression « naturelle » de l’option a plutôt tardé à se manifester. Le premier ministre Bouchard fut alors convaincu que tous les affronts faits au Québec ne suffiraient pas à ébranler les convaincus du Canada et à les amener à voter pour l’indépendance. Un gouvernement péquiste ne pouvait promettre de tenir un troisième référendum que s’il avait l’assurance morale de le gagner. Ce credo fut repris par tous les chefs péquistes qui ont suivi. Cette nouvelle condition constitue un trait fondamental du nouveau système de partis qui a commencé à se mettre en place après ces élections. Néanmoins, depuis 1998, le PQ n’a cessé de chercher une façon de faire progresser son option tout en évitant de la brûler.

Il faut dire, et cela est une caractéristique essentielle opposant l’ancien au nouveau système de partis, que même le gouvernement Parizeau a joué gros en la matière ; sans les échecs des Accords du Lac Meech (1990) et de Charlottetown (1992), jamais le référendum de 1995 n’aurait pu passer près de l’emporter. Le PQ s’est historiquement révélé totalement incapable de mettre en place l’Union sacrée, son unique stratégie. Meech et Charlottetown ont été le fait des gouvernements libéraux de Robert Bourassa et c’est ce qui a été le facteur décisif dans l’ajout d’une tranche d’électeurs fédéralistes nationalistes qui ont accepté de suivre les péquistes sur la voie de l’indépendance en 1995. Dans l’après-Meech de 1990, cette possibilité de tentation indépendantiste pour le PLQ en lien avec les revendications constitutionnelles et politiques du parti a totalement disparu des écrans radars, tant à la direction du PLQ qu’à Ottawa. Plus encore, après la grande frousse du référendum de 1995, malgré l’adoption par les partis fédéraux de la Loi sur la clarté référendaire, malgré les attaques contre l’identité québécoise, malgré la propagande et la corruption du gouvernement fédéral de Jean Chrétien, malgré l’union sociale et la centralisation imposée qu’elle impliquait pour le Québec, malgré l’à-plat-ventrisme historique du PLQ de Daniel Johnson devant Ottawa, les élections générales de 1998 ont relégué le PQ au deuxième rang des votes exprimés, derrière le PLQ. Tous, à Ottawa, l’ont bien noté.

Depuis 1995, et les dirigeants péquistes le savaient très bien, il ne saurait y avoir un troisième référendum, lequel exigerait de surpasser le résultat du deuxième (49,4 % des votes valides en 1995). La responsabilité historique d’une troisième défaite serait dorénavant incommensurable et trop lourde à porter pour le chef péquiste qui oserait tenter l’expérience. Ni Bernard Landry, ni André Boisclair, ni Pauline Marois n’ont osé diriger le parti dans cette voie. À chaque défaite, le gouvernement fédéral à Ottawa a cependant choisi le nation building, la négation de la nation et la centralisation des pouvoirs pour combattre les revendications québécoises. Chaque fois, le gouvernement québécois n’a fait qu’encaisser passivement, s’en remettant en vain à la sanction électorale des actes répréhensibles du gouvernement fédéral.

En réalité, les dirigeants péquistes n’ont jamais rien fait d’autre que de gérer les culs-de-sac créés par les défaites de la stratégie référendaire. Dans l’espoir de vaincre au référendum, plaire à l’électorat fédéraliste exigeait constamment qu’ils refoulent les mesures susceptibles de protéger et de relever la place occupée par les francophones dans leur propre société. Tout autant que les dirigeants péquistes n’ont cessé de s’en prendre à ceux qui promouvaient ces mesures et qui contestaient leurs choix. Bref, à partir du moment où la simple évocation de ces mesures menaçait l’obtention d’un référendum gagnant, il n’y avait pas plus antinationalistes que les dirigeants péquistes. La pilule pouvait encore passer en admettant la stratégie référendaire, mais sans celle-ci, elle devenait carrément indigeste pour de nombreux militants. Le PQ post-référendaire avait donc besoin d’une plate-forme politique ouvrant vers l’action sans l’engager dans une stratégie référendaire casse-gueule.

Il aurait été possible de comprendre les élections de 2003 comme étant un simple retour du balancier, un grand coup de balai libéral après neuf années de pouvoir du PQ (1994-2003). Ces élections, les premières qui ont porté Jean Charest au pouvoir, auraient pu s’inscrire dans la foulée du système de partis initié par René Lévesque et le PQ. Les élections de 2007 et de 2008, qui ont reporté au pouvoir le PLQ (minoritaire en 2007 et majoritaire en 2008), auraient pu se lire de la même façon. Les élections de 2012 ont cependant confirmé l’éclosion d’un nouveau système de partis dont l’un des principaux paramètres était visible dans le discours de la chef péquiste Pauline Marois.

Dès sa campagne à la direction du parti, celle-ci s’est clairement débarrassée de la camisole de force référendaire en indiquant qu’il n’y aurait plus de référendum sur l’indépendance dans un horizon prévisible, tout au plus des référendums sectoriels sur des sujets particuliers, appuyant les revendications provinciales d’un gouvernement provincial. En guise de compensation, Mme Marois s’est engagée à promouvoir les « référendums d’initiative populaire » (RIP), exercices purement non décisionnels, précisait-elle, lui permettant de dénouer le cul-de-sac référendaire. La tenue d’un référendum sur la souveraineté demeure possible, mais sa responsabilité échoit dorénavant non pas au gouvernement, mais aux militants « pressés ». En réunissant les signatures d’au moins 15 % de l’électorat, les militants péquistes peuvent demander au gouvernement la tenue d’un référendum et ce dernier conserve la possibilité d’en tenir un ou non et d’en interpréter les résultats comme bon lui semble. Les militants peuvent donc se donner à fond et laisser le gouvernement tenir des référendums sectoriels pour aller chercher à Ottawa des pouvoirs de-ci, de-là. Or ces référendums n’ont aucune chance d’obtenir l’appui de l’opposition à Québec, incluant la CAQ, ni quelque ouverture du côté d’Ottawa. C’est ce qu’on appelle signer l’arrêt de mort de la stratégie référendaire et faire de l’« occupationnel », un bon gouvernement péquiste qui ne changera rien de la structure du pouvoir au Québec.

Cet aspect des choses n’a nullement échappé aux militants de l’indépendance ainsi qu’aux alliés démocrates, au monde syndical, dans le monde communautaire et social. Depuis 1995, il n’y a plus aucune nécessité de tenir les rangs serrés derrière un seul parti et dans l’attente imminente du grand jour.

Après l’effondrement des principaux partis, leur multiplication et l’abstentionnisme

Cette situation ouvre donc la porte à la désagrégation des grands partis, en particulier des partis à programmes. Le pragmatisme règne désormais en maître au Québec et la porte s’ouvre pour tous les aventuriers en quête du pouvoir. Si ceux-ci étaient auparavant principalement actifs au palier municipal, ils le sont désormais aux deux autres paliers de représentation. En 2007, l’ADQ de Mario Dumont obtenait 41 députés et le titre d’opposition officielle à Québec. Puis, en 2011, le Nouveau parti démocratique du Canada (NPD) dirigé maintenant par Thomas Mulcair obtenait 59 des 75 sièges au Québec, un sommet que le Bloc québécois n’avait jamais atteint en six élections. En 2012, la CAQ de François Legault, après seulement neuf mois d’existence, obtenait 27 % des votes valides et 19 des 125 sièges, bien davantage que le PQ à ses deux premières élections. Ces trois députations ont en commun un personnel politique néophyte dont une majorité présente des qualités plus que douteuses. Souvent peu politisés, les élus de ces vagues inattendues comprenaient de larges effectifs en situation de travail précaire, en quête de clientèle et de contrats. Ils sont jeunes, professionnels et travailleurs autonomes de tout acabit, vendeurs et petits commerçants, desperados en tous genres ayant en commun d’avoir une faible culture politique et d’être en quête d’une vie meilleure (la CAQ présentait en 2012 14 candidats ayant eu une faillite personnelle – pour onze cas – ou une faillite commerciale – trois cas ; le PQ en aurait présenté quatre ou cinq candidats, selon Mme Marois ; voir La Presse, 02 septembre 2012. À moins d’être parachutés par le chef, ces candidats sont choisis dans 125 concours appelés « assemblées d’investiture », où les mêmes forces démolinguistiques et socio-économiques entrent en action en chaque lieu pour aboutir à des choix de candidats légèrement différenciés selon les partis, mais le plus souvent fédéralistes radicaux ou indépendantistes purs et durs ou carrément apolitiques, de sexe masculin, blancs, âgés de 50 ans ou plus, membre de l’élite économique ou financière pour les uns, de l’élite intellectuelle et sociale et attachés politiques pour les autres, desperados pour les derniers.

C’est ainsi qu’à partir de 2003 la proportion des sièges obtenus par les deux principaux partis (tableau 2) a commencé à diminuer, suivant en cela la diminution des voix qu’ils obtenaient (tableau 3). Les difficultés rencontrées par les PQ et PLQ combinés se retrouvent tout particulièrement autour du siège historique de la troisième voie, soit autour de la région métropolitaine de Québec et de l’Hinterland (hors Montréal, Périphérie, Outaouais et Québec), dans les régions les plus francophones, celles au profil linguistique semblable à Québec plutôt qu’à Montréal (Bas-Saint-Laurent, Chaudière-Appalaches, Centre-du-Québec, Mauricie et certains secteurs de la Montérégie).

tableau3serre

De même, l’abstention a explosé à partir de 2003 (tableau 4). Le fait que de nouvelles modalités entourent la constitution des listes électorales, désormais informatisées à partir de 1998, et l’identification des électeurs par photo, à partir de 2003, ne suffit pas à expliquer pourquoi les taux les plus élevés de 1968 à 2012 se retrouvent presque tous dans la période 2003-2012. La demande des électeurs pour des partis plus sensibles ne semble tout simplement pas servie adéquatement par l’« offre de service » des deux principaux partis. Il y avait donc place, en 2003, pour de nouvelles formations partisanes.

tableau4serre

Il faut dire, enfin, que les gouvernements formés à partir de 2003 reposaient sur de très fragiles appuis (tableau 5). La période 2003 à 2012 a vu les deux seuls des douze derniers gouvernements ayant obtenu moins de 40 % des votes valides. Les gouvernements des dix dernières années ont également été les plus faiblement appuyés en regard des électeurs inscrits de l’ensemble de la période. On a d’ailleurs pu lire dans les quotidiens qu’avec 31,9 % des votes valides en 2012, le PQ forme dorénavant le gouvernement québécois le plus faiblement appuyé depuis 90 ans. De même, les médias n’ont pas manqué d’emboiter le pas aux élus en affirmant que le mandat péquiste était faible et limitatif, et sa légitimité, parfaitement questionnable.

tableau5serre

Dans l’atmosphère de peur des nationalistes qui se propageait à vitesse grand V au Canada anglais, l’attention s’est concentrée sur les gestes de bonne volonté que devait, semblait-il, poser Mme Marois auprès de la communauté anglophone – un terme par ailleurs non défini qui engloberait néanmoins trois à quatre fois plus d’effectifs que la réalité. Un peu comme si les trois gouvernements libéraux des années 2000 n’avaient jamais eu lieu, comme si les non-francophones n’avaient jamais été responsables de l’élection de ces trois gouvernements et comme s’il était anormal – un accident de parcours comme l’avait été l’élection du PQ en 1976 – qu’un parti cherchant à obtenir pour les francophones leur juste part puisse arriver au pouvoir de temps à autre dans un État à majorité francophone. Exiger du PQ d’avoir un mandat fort signifierait qu’il obtienne non pas une majorité simple chez les francophones, mais une majorité imposante pour vaincre le mur érigé par le vote non francophone.

Le PQ aurait-il pu constituer un gouvernement majoritaire grâce à l’appui entier des électeurs de Québec solidaire et d’Option nationale, respectivement 6,0 % et 1,9 % des votes valides ? Il fut avancé, dans quelques calculs simplistes, que le report de la totalité des votes obtenus par ces deux partis sur les votes du PQ aurait permis à ce dernier d’ajouter 23 autres sièges aux 54 sièges obtenus, dont 16 provenant du PLQ et 7 de la CAQ. Même en ne reportant que la moitié des votes de QS et d’ON, le PQ aurait remporté suffisamment de sièges supplémentaires, soit 10 (8 du PLQ et 2 de la CAQ), pour décrocher un gouvernement majoritaire. Il faut dire que le report limité aux voix d’ON n’aurait permis de faire tomber que 2 sièges libéraux et un siège caquiste, ce qui n’aurait rien changé au résultat final. Il reste hautement improbable que les 6 % de votes valides de QS auraient pu être reportés même en partie sur le vote du PQ pour les raisons déjà mentionnées. Pour un grand nombre, originaires des purges péquistes, réfugiés dans l’abstentionnisme ou les micropartis depuis plusieurs années, ces électeurs n’auraient voté pour le PQ qu’en situation de bipartisme pur. Sous le nouveau système de partis, l’obligation morale de préserver l’Union sacrée en vue du Grand Jour n’existe plus. Ces tiers partis, plus particulièrement QS, sont là pour rester.

En somme, le nouveau système de partis est caractérisé par l’affaiblissement significatif de la domination des deux principaux partis sur la scène politique provinciale. Ces partis n’arrivent désormais plus à capter une part des sièges et des votes comparables aux pires performances des huit élections antérieures tenues dans le cadre de l’ancien système de partis. L’abstentionnisme grimpe considérablement et les gouvernements tant du PQ que du PLQ reposent sur des soutiens populaires inférieurs au tiers des électeurs inscrits. La stratégie référendaire n’est plus et l’Union sacrée ne tient plus.

Une augmentation de l’influence électorale des non-francophones

La diversification des voix s’est-elle également répartie entre les groupes linguistiques ? La variable linguistique est-elle elle-même demeurée pertinente dans le nouveau système de partis ? L’analyse des résultats montre que le comportement électoral en 2012 est demeuré tout autant marqué par la variable linguistique que par le passé. Encore une fois, des seuils s’établissent sur la base de l’interaction du vote des groupes linguistiques (ceux-ci se définissent en fonction de l’appartenance active de chaque individu aux groupes francophone ou anglophone ou allophone, via la langue parlée le plus souvent à la maison). Sur un continuum, les options politiques vont toujours du PLQ au PQ (incluant Option nationale, parti indépendantiste fondé par des péquistes dissidents), en passant par Québec solidaire (indépendantiste), la CAQ, fédéraliste et nationaliste, mais soupçonnée d’être proche du PQ puisque dirigée par un ancien ministre péquiste, en allant vers l’abstentionnisme et le Parti vert, jusqu’au PLQ. En effet, il reste encore plus facile pour un non-francophone, dans ce nouveau système de partis, d’appuyer le Parti vert et de sauver des grenouilles que de voter pour un parti un tant soit peu nationaliste. Et pour quiconque veut barrer la route aux partis nationalistes, le PLQ reste un choix préférable même si, pour quelques-uns, peu honorable. Quoi qu’il en soit, les non-francophones répugnent autant en 2012 qu’en 1970 à voter pour des partis qui affirment un caractère minimalement nationaliste.

Le vote non francophone a-t-il été aussi massif qu’il l’a été durant la période précédente ? En situation de multipartisme, il n’est pas nécessaire que le vote non francophone soit aussi massif pour compenser la diminution des appuis libéraux dans l’électorat non francophone. Dans les scénarios ci-dessous, basés sur les résultats réels de 2012 (tableau 6) , la répartition des voix sous un système de partis opposant les PLQ et PQ aurait donné 47,3 % des voix au PQ contre 43,0 % au PLQ. Avec l’apparition d’un tiers parti, la CAQ, pigeant proportionnellement ses appuis au PLQ et au PQ, autant chez les francophones que chez les non-francophones, l’avance du PQ sur le PLQ fond à 31,9 % contre 31,2 %, ou 0,8 % des votes valides au lieu 4,2 %. En d’autres termes, les résultats sont nettement plus serrés en situation de multipartisme, allant même jusqu’à renverser le vote final en faveur du PLQ. L’introduction d’un ou de plusieurs tiers partis forts, chez les francophones, a pour effet d’augmenter l’influence du vote non francophone et de diminuer les proportions d’effectifs non francophones nécessaires à l’élection des candidats libéraux.

tableau6serre

Les lignes de partage des sièges entre le PLQ et les autres partis, qui sont les seuils linguistiques, ont donc été touchées par les changements introduits dans le vote toujours bloc des non-francophones et du vote maintenant divisé des francophones. Depuis 2003, les proportions de non-francophones nécessaires à l’élection des candidats libéraux ont eu tendance à diminuer, ce qui a eu pour contrepartie l’effet de maximiser l’influence de ceux-ci dans la répartition des sièges même avec très peu d’effectifs. De même, cette influence accrue des non-francophones dans la répartition des sièges a pu faciliter la venue au pouvoir du PLQ. Rappelons à cet égard que les trois gouvernements libéraux élus en 2003, 2007 et 2008 l’ont été grâce au vote bloc des non-francophones et à leur influence déterminante dans la très grande majorité des sièges remportés par les libéraux.

En 2012, les sièges se sont globalement répartis entre partis selon trois grands seuils linguistiques, soit :

  • aux alentours des 74 % sur l’île de Montréal (20 victoires libérales en 20 parmi les circonscriptions les moins francophones de l’Île ; 0 sur 8 parmi les plus francophones, lesquelles ont fait élire six candidats péquistes et deux de Québec solidaire) ;
  • aux alentours des 77 % en Couronne de Montréal (8 victoires libérales en 8 parmi les moins francophones ; 0 en 20 parmi les plus francophones, lesquelles ont fait élire quatorze péquistes et six caquistes) ;
  • aux alentours des 89 % dans le Québec hors Montréal (8 victoires libérales sur les 12 sièges parmi les moins francophones, dont deux, Duplessis et Ungava, dont les proportions de francophones sont faussées du fait de l’abstentionnisme massif des autochtones et deux autres aux résultats inhabituels correspondant à des communautés anglophones éloignées ou de faibles revenus ; au-delà de ce pourcentage, parmi les 57 sièges les plus francophones, aucun parti n’était plus favorisé que les autres puisque le PLQ en remportait 14 (principalement en Outaouais, en Estrie, en Montérégie, dans les Laurentides et à Québec, dans les circonscriptions à composante non francophone), le PQ en faisait élire 30 et la CAQ, 13).
Les conséquences découlant du nouveau système de partis : un Québec plus conservateur (encore)

L’effondrement du PQ et du PLQ a rendu possible plus que jamais l’élection de candidats issus de nouveaux partis au profil compatible avec l’establishment. Ces partis, fédéralistes, de droite (largement grâce au type de recrutement des candidats), nationalistes sans conséquences, nuisent davantage au PQ qu’au PLQ en réduisant les possibilités de gouvernement majoritaire pour le premier sans entacher d’autant les capacités du second. Capable d’accéder en solitaire au pouvoir, le PLQ, parti fédéraliste radical de droite, reste donc le parti dominant du nouveau système de partis. Mieux, disposant de bonnes députations, quoi qu’il puisse se passer au pouvoir grâce au vote déterminant des non-francophones (34 % des sièges, soit 20 sur l’île de Montréal, dans la couronne et 14 hors Montréal), le PLQ pourrait éventuellement constituer et dominer une coalition avec un parti du type de la CAQ s’il s’avérait d’une absolue nécessité de barrer la route au PQ. Les députés libéraux, expérimentés et de grande notoriété grâce à leurs succès électoraux, solidement appuyés par l’élite économique et financière, par le gouvernement fédéral et par les médias, ne feraient évidemment qu’une bouchée d’un éventuel partenaire plus francophone composé d’élus inexpérimentés et mal préparés à la vie politique.

De son côté, après avoir renoncé à la stratégie référendaire et libéré les forces sociales de toute obligation d’Union sacrée, le PQ de Lucien Bouchard a sans le savoir signé l’arrêt de mort d’un monde bipolaire et ouvert la voie à l’établissement d’un nouveau système de partis multipolaire. Compte tenu de l’intérêt du PQ pour l’accession au gouvernement, compte tenu de sa faiblesse sur l’échiquier politique et de sa difficulté à penser en termes de structure du pouvoir au Québec, le parti serait fort tenté de maintenir dans le nouveau système de partis son aversion pour le combat politique et pour les mesures gouvernementales visant à protéger la communauté francophone. Peu enclin au nationalisme dans ses propres champs de compétence, il risque fort de rejoindre en cela le PLQ et un tiers parti du type de la CAQ. L’atmosphère qui en résulterait serait de toute évidence plutôt hostile au nationalisme et aux forces progressistes. À moins d’opter, de temps à autre, pour des mesures de nature nationaliste, ou encore pour la démocratisation des institutions politiques québécoises, incluant la mise en place de coalitions comme nouvelle règle de formation des gouvernements. Cela étant, la domination du PLQ semble aussi inévitable que la raréfaction des gouvernements majoritaires péquistes.

C’est ainsi que le nouveau système de partis esquisse les contours d’une nouvelle grande noirceur repoussant encore plus loin dans le temps l’indépendance du Québec et le rêve d’une société plus juste et intolérante face à la corruption et au favoritisme.

Collections numériques (1917-2006)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917.

Vous pouvez utilisez cet outil de recherche qui vous permettra — si vous cliquez sur « préciser la rechercher » — de ne chercher que dans L'Action nationale ou dans L'Action française.

La totalité des articles jusqu'à 2014 sera bientôt disponible.