Dans le numéro de Juin 2015

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
Prev Next

Éditorial - Voter dans le Canada réel

Robert Laplante ı Juin 2015

C’est fait. Les choses sont claires. Le Parti québécois a son chef. L’homme n’aura guère de répit. Il savait à quoi s’attendre. Il faut espérer que son parti prendra rapidement acte de ce qui s’est enclenché depuis l’annonce de sa candidature et qui s’accélère depuis. La volonté d’éradication, les efforts concertés pour briser notre capacité de cohésion nationale, la dynamique de normalisation de la province vont nous valoir de très durs moments et de sombres manœuvres. Mais ce ne sera pas chose facile de les faire voir, de les faire comprendre pour ensuite les combattre.

Lire la suite…

Éloge d'un homme d'État

Denis Monière ı Juin 2015

Jacques Parizeau nous a quittés. Il est affligeant de voir disparaître un grand homme qui a tellement contribué à l'affirmation du Québec moderne et qui a tant donné à sa nation. Mais, il nous laisse un héritage intellectuel immense et le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre est de continuer à bâtir son œuvre.

Lire la suite…

La cause Caron

Christian Gagnon ı Juin 2015

Au moins un procès intenté par des francophones hors Québec jusqu’en Cour suprême du Canada, et dont l’issue est attendue au plus tard cet automne, pourrait bien exposer au grand jour le vrai visage de l’ensemble de notre classe politique. L’une de ces causes en particulier – la cause Caron – est susceptible de dévoiler la veulerie des fédéralistes québécois ainsi que le persistant orangisme des élus canadiens-anglais autant que de leur électorat, et ce, juste à temps pour les prochaines élections fédérales.

Lire la suite…

Gérard Bouchard : un historien sans Histoire

Pierre Serré ı Juin 2015

L'auteur est politologue (Ph. D. sc. politique) Pour Gérard Bouchard (La Presse, 1er mai), la « culture politique » des Québécois est peu portée vers les solutions radicales, les grands épanchements collectifs et les grandes révolutions. L’historien affirme que ce peuple n’est rien d’autre que « petit » face à ses voisins puissants et dominants, dont aucun ne parviendrait à dormir s’il advenait qu’un jour ce petit peuple devait secouer ses chaînes. Le Québécois moyen, c’est connu, fuit les débats, les désaccords d’opinion. Pour lui, toute idée n’est qu’idéologie, et toute idéologie n’est que radicalisme. Adorateur de la tarte aux pommes, ce...

Lire la suite…

Doter la politique d’immigration d’indicateurs pertinents

Guillaume Marois ı Juin 2015

Docteur en démographieMémoire présenté à la Commission des relations avec les citoyens dans le cadre des Consultations particulières et auditions publiques sur les documents intitulés « Vers une nouvelle politique québécoise en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion », février 2015 L’élaboration d’une politique d’immigration doit tenir compte des données empiriques et des études scientifiques qui pourraient mesurer ses effets potentiels. L’objectif de mon intervention est de présenter et vulgariser les grandes conclusions de la littérature académique et scientifique sur l’impact de l’immigration sur la démographie et l’économie. Je présenterai également quelques recommandations quant aux objectifs des planifications pluriannuelles de l’immigration...

Lire la suite…

45 ans de tribulations d’un chercheur dans les archives politiques

Denis Monière ı Juin 2015

Les archives sont, en quelque sorte, la mémoire d’une nation. Ce besoin de préserver le passé se résume parfaitement dans la devise du Québec « Je me souviens ». Pour leur part, les archives publiques pourraient aussi bien adopter la sentence « Nous nous souvenons ».– Marcel Masse, 1er novembre 1984 J’ai été initié au travail en archives lors de mes études doctorales à la Fondation nationale des sciences politiques. Le regretté Jean Touchard nous avait alors demandé de rédiger un travail sur l’année 1910 en nous servant d’un journal. Il me demanda d’analyser L’illustration 1 que je dus aller consulter à la Bibliothèque nationale...

Lire la suite…

Le démantèlement de la nation (chronique 7)

Lucia Ferretti ı Juin 2015

À Jacques Parizeau Avec gratitude La période couverte s’étend du 8 avril au 4 juin (environ deux mois).À moins d’indication contraire, toutes les dates font référence à l’édition du jour du journal Le Devoir (format papier). Comme l’écrit Josée Boileau en éditorial à propos de la CSDM, mais cela s’applique à tout l’appareil public : « Le fond de la question autour de l’avenir des commissions scolaires n’est-il pas ce dépouillement qui tue à petit feu tout ce qui au Québec s’appelle État ? » (30 mai) D’ailleurs, le ministre Martin Coiteux jubile : 622 fonctionnaires ont définitivement perdu leur emploi entre janvier et mars 2015 (Journal de Montréal,...

Lire la suite…

Cahiers de lecture Été 2015

Articles du dossier pétrole

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
Prev Next

Pourquoi s’inquiéter du transport par rail du pétrole sale ?

Gaëtan Ruest ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

L'auteur est maire d'Amqui Le gouvernement canadien par l’entremise de Transports Canada (TC) est l’autorité responsable de tout ce qui touche le transport des personnes et des marchandises à travers le Canada. Une autorité qui semble faillir à sa responsabilité en matière de protection publique et qui fait preuve d’un sérieux laxisme en matière de sécurité. Rappelons que depuis 2010, les dépenses pour la sécurité maritime ont chuté de 27 %, alors que celles en matière de sécurité ferroviaire ont diminué de plus de 20 %, dont une baisse de 10 % en 2014. À la lumière de ces données, comment...

La force du nombre

Marielle Boisjoly ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Lanoraie, petit village de Lanaudière, a le privilège de posséder une tourbière couvrant le tiers de son territoire, un des plus vastes milieux humides des basses terres du Saint-Laurent. Une partie de celle-ci est classifiée réserve écologique ce qui lui permet de bénéficier d’un haut degré de protection. Les citoyens de Lanoraie s’activent depuis de nombreuses années afin de protéger ce précieux milieu humide. Un premier organisme citoyen, « La Bande à bonne eau », a été créé il y a plus de 30 ans afin d’éviter qu’une entreprise privée installe une grenouillère dans la tourbière. Cet organisme, devenu depuis la...

Les placements de TransCanada dans le Saint-Laurent

Pierre Blouin ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Le 12 novembre 2013, le porte-parole de TCP Philippe Cannon annonçait à Cacouna que le site avait été choisi par l’entreprise pour y construire son terminal pétrolier. Un an plus tard, après maintes contestations populaires et juridiques, l’entreprise annonçait qu’elle abandonnait temporairement ce choix pour des raisons écologiques. Cette suite d’événements doit être vue en considérant ce qu’est le fleuve Saint-Laurent dans son essence même : une autoroute du pétrole et du gaz ou un milieu de vie, géographique, humain, identitaire, dans lequel l’activité humaine, industrielle entre autres, s’inscrit dans le respect de la spécificité du lieu. Le Saint-Laurent est au centre de...

Insulaire contre bitume

Bernard Gilbert ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Écrivain et gestionnaire, Membre fondateur Stop oléoduc Île d’Orléans Par une belle journée d’hiver, avec quelques amis, nous nous rendons à la pointe ouest de l’île d’Orléans. À l’horizon, derrière la baie de Beauport, le cap Diamant et Québec émergent dans la vapeur froide. Chaussés de raquettes, nous nous engageons sur les battures. Les chiens trottent autour. Le paysage est d’une incroyable blancheur. Saturé par les glaces du fleuve et la neige des derniers jours, le fleuve offre une vision fabuleuse. Après une heure de marche, sous le soleil, nous prenons une pause à bonne distance de la rive. En dégustant...

L’aménagement du territoire confronté à la « route des huiles »

Bernard Vachon ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Professeur retraité du département de géographie de l’UQAM. Spécialiste en aménagement et développement territorial Laissée aux seules règles de l’économie, l’organisation du territoire est entraînée dans le désordre et le chaos. Une société qui se donne pour objectif le développement ordonné et harmonieux de ses milieux de vie introduit des préoccupations d’ordre social, culturel et environnemental au cœur de la rationalité économique dans le processus d’occupation et d’utilisation de l’espace. Ces préoccupations sont à l’origine de la pratique de l’aménagement du territoire, soit un ensemble d’interventions politiques et techniques qui moralisent en quelque sorte les actions de développement et leur impact sur...

Retombées économiques du transport maritime des marchandises dans la région de Québec

Jean Lacoursière ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Résumé L’analyse des études d’impacts économiques du transport maritime des marchandises dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, publiées entre 1980 et 2007, permet d’estimer que : 1) le transport maritime des marchandises représente une valeur ajoutée (retombées directes, indirectes et induites) pour la RMR de Québec se situant entre 0,5 et 0,8 % de son produit intérieur brut ; 2) sur 1000 emplois dans la RMR de Québec, 4 sont liés de façons directe, indirecte ou induite au transport maritime des marchandises. Les marchandises sont essentiellement des matières en vrac, sous forme solide et liquide, dont du pétrole.

Risques décuplés par les navires sous pavillon de complaisance

Danielle V. Gagnon ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Les projets liés aux hydrocarbures foisonnent actuellement au Québec : construction de terminaux sur le Saint-Laurent, transport de brut par oléoduc (Énergie Est et 9B), exploration et exploitation de gisements près de Gaspé, à Anticosti et possiblement dans le golfe du Saint-Laurent (Old Harry). Dans le but de mieux les faire accepter, on allègue que ces projets pétroliers visent le raffinage domestique du brut léger, mais en réalité, c’est principalement l’exportation de brut lourd ou léger qui est visée. Ils ont tous en commun de faire peser sur le Saint-Laurent des risques comme jamais auparavant ce dernier n’en aura affronté. Pendant...

Pour un développement durable et une démocratie participative

André Villeneuve ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Député de Berthier depuis 2008. Auparavant, il a été maire de Lanoraie et préfet de la MRC de D’Autray. Avant même de choisir la carrière politique, deux sujets attiraient particulièrement mon attention : le développement durable et la démocratie participative. En effet, je suis convaincu de deux choses. En premier lieu, le peuple a le pouvoir qu’il veut bien prendre. En second lieu, nous sommes la première génération de l’histoire de l’humanité qui laissera la planète dans un pire état qu’elle l’était à la génération précédente et nous devons réagir en conséquence. Il se trouve que ces deux aspects constituent les...

Écrire une page d’histoire à la MRC de D’Autray

Odette Sarrazin et Louis Trudeau ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Ce n’est pas sans inquiétude qu’en cette soirée du 4 février 2015, je me suis installée dans l’une des 70 chaises alignées au fond de la salle des délibérations de notre MRC de D’Autray située en la belle ville de Berthier. Ce n’était pas la première fois que je m’y rendais pour questionner nos élus au sujet du passage de l’oléoduc de TransCanada sur notre territoire. Pour ma part, c’était la troisième participation, mais d’autres m’y avaient précédé à plusieurs reprises. Ils arrivaient parfois seuls, parfois en couple et parfois même en groupe. En voyant ces citoyens remplir les sièges, puis...

Le Saint-Laurent : autre temps, autre convoitise

André Gaulin ı Le Québec face à l'ordre pétrolier canadien

Mais que devient tout cela que je nomme– Gatien Lapointe (Ode au Saint-Laurent) Le Saint-Laurent est une grande icône du Québec. Depuis toujours, il est là. Il campe à Québec comme sur un promontoire où Jos Montferrand « les pieds dans l’eau du Saint-Laurent » est devenu géant. Il entoure Montréal en établissant des ponts du sud au nord, il baigne Trois-Rivières, cette belle ville portuaire, il multiplie les paysages de sa présence à Sorel, à Rimouski, à Lévis, à Rivière-du-Loup. Et quand nos villes s’en éloignent, il va les rejoindre par un grand bras d’eau : c’est alors Sherbrooke puis...

Récemment déverrouillés

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7

Pierre Serré - avatar Pierre Serré Juin 2014

Élections Montréal 2013 (3) - La hiérarchie des élus montréalais

Dernière de trois parties. Les deux premières ont été publiées dans les numéros de février (« Une démocratie dysfonctionnelle ») et de mars 2014 (« La nouvelle donne montréalaise »). La comparaison des élus aux différents postes électifs Cette troisième partie compare les caractéristiques des élus selon leur poste électif, partant du groupe le moins influent aux groupes les plus influents dans la hiérarchie du pouvoir. Il est vrai que le portrait le plus général est basé sur les 105 élus, mais ce portrait ne correspond à un groupe homogène puisque s’y trouvent confondus tous les postes de représentants. Pour aller des postes les moins aux plus influents, il faut donc partir des 40 CA (conseillers d’arrondissement) pour se rendre jusqu’à l’exécutif version restreinte à ses 13 membres. Les 40 CA...

Lire la suite…

Denis Monière - avatar Denis Monière Juin 2014

Le Canada : un pays qui ne sait pas dire son nom

Le choix des mots n’est jamais innocent surtout lorsqu’il s’agit de désigner un régime constitutionnel. Non seulement la constitution canadienne a été votée par un parlement étranger et ne fut jamais ratifiée par la population canadienne, mais la désignation du nouveau système politique entretient la confusion des genres. Ceux qu’on a appelés les Pères de la « Confédération » n’avaient pas, semble-t-il, une idée très claire de la nature des nouvelles institutions qu’ils désiraient mettre au monde. Fait encore plus paradoxal, pendant plus d’un siècle après la naissance de la confédération, les élites politiques ont continué à entretenir la confusion lexicale dans le choix des mots pour désigner la nature du régime politique canadien. Le Canada est-il une confédération ou une fédération ? Le gouvernement canadien s’apprête à célébrer...

Lire la suite…

Mathieu Pelletier - avatar Mathieu Pelletier Juin 2014

La mission civilisatrice du Canada unitaire

Après une décennie de silence, et ce au moins depuis le rapport Pelletier publié en 2001, la question constitutionnelle au Québec est brièvement redevenue d’actualité cette année. Philippe Couillard, nouvellement élu à la tête du gouvernement du Québec, a signifié plus tôt cette année qu’il entendait signer la constitution canadienne d’ici 2017, année du 150e anniversaire de la Confédération canadienne. En réaction aux propos de Couillard, Pauline Marois, alors première ministre du Québec et chef du Parti québécois, disait qu’il vaudrait mieux que la constitution canadienne intègre minimalement la notion des deux peuples fondateurs, ou à tout le moins, une forme de statut particulier pour le Québec, si tant est que ce dernier entende signer la constitution. Or, force est de le reconnaître : la notion...

Lire la suite…

Nicolas Bourdon - avatar Nicolas Bourdon Juin 2014

Déterminée?

Entendons-nous. Pauline Marois est une grande politicienne qui a fait beaucoup pour le Québec. Elle a déconfessionnalisé les commissions scolaires, elle a créé les centres de la petite enfance, mieux connus sous le nom de garderies à 5$, et, lors de son court mandat à titre de première ministre, elle a fait adopter le projet de loi 2 qui a contribué à assainir le financement des partis politiques. Sur plusieurs enjeux importants, Pauline Marois a contribué à faire avancer le Québec. Par contre, en ce qui a trait à la souveraineté, elle est apparue beaucoup moins déterminée, contrairement à ce que pouvait laisser entendre le slogan de sa campagne. Il faut donner le mérite aux autres partis politiques d’avoir pris des positions claires, à tout...

Lire la suite…

Guillaume Rousseau - avatar Guillaume Rousseau Juin 2014

L'État-nation québécois au XXIe siècle

René Lévesque disait de l’État québécois qu’il était « le plus fort d’entre nous ». Encore aujourd’hui, il s’agit là d’une prémisse à la base de la pensée économique des nationalistes et des progressistes de tout le Québec. Mais cinquante ans après la nationalisation de l’électricité, l’État-nation est plus que jamais remis en question, voire affaibli, et ce, presque partout en Occident. Cet affaiblissement résulte de deux mouvements qui se renforcent mutuellement : un vers le bas, avec la décentralisation, et un vers le haut, avec la globalisation et la montée des organisations internationales. Cela est particulièrement évident en Europe où les régions, et dans une moindre mesure les villes, ont acquis davantage de pouvoirs au cours des dernières décennies ; soit au moment même où la construction...

Lire la suite…

Robert Laplante - avatar Robert Laplante Juin 2014

Éditorial - Le meilleur du ratatinement provincial est à venir

Le Québec vient de prendre la voie de la prospérité. Il faut croire la troïka des docteurs, se fier à l’idéologue du Conseil du trésor et faire confiance au banquier qui nous annonce en bilingue qu’il faudra faire un effort de plus. Personne ne le savait, mais la voie de l’austérité n’est pas encore celle sur laquelle le gouvernement Couillard nous engage. Pour l’instant, la province ne prendra qu’un sentier de portage, le temps que les conditions soient réunies pour lancer l’an prochain le gouvernement sur le grand boulevard de l’austérité, baptisé «chemin de la liberté» dans la novlangue des vraies affaires.

Lire la suite…

Lucia Ferretti - avatar Lucia Ferretti Juin 2014

Le démantèlement de la nation (chronique 2)

La période couverte s’étend de l’assermentation du gouvernement libéral de Philippe Couillard le 23 avril jusqu’à l’ouverture des travaux parlementaires, le 20 mai. L’objectif de cette série de chroniques, commencée le mois dernier, est de contribuer à nourrir l’argumentaire pour l’indépendance. Parfois nos concitoyens, et pas seulement les jeunes, nous demandent pourquoi l’indépendance est nécessaire. Elle l’est bien sûr parce que tout le processus politique en cours va dans le sens de l’érosion des outils dont le peuple québécois dispose encore pour rendre viable tout projet d’affirmation. Plus, ce processus menace même jusqu’à notre existence nationale. C’est pourquoi j’estime (ou du moins j’espère) que de mettre tout simplement les faits en évidence peut aider à voir et à faire voir ce qui est en train de...

Lire la suite…

Collections numériques (1917-2006)

action couv 1933Bibliothèque et Archives nationales du Québec a numérisé tous les numéros de L'Action française et de L'Action nationale depuis 1917. Vous pouvez utilisez cet outil de recherche pour repérer d'abord l'article qui vous intéresse.